LE MAL ET SATAN

Mis à jour : juil. 13


Dans les pratiques occultes et le paranormal, nous avons abordé le culte des anges, les dangers de l’astrologie, de la voyance et de la divination, puis les esprits des mort, le spiritisme, les guérisseurs et les dons de guérison. Le mois dernier, nous avons abordé les pratiques très dangereuses comme la magie, la sorcellerie et l’envoutement. Oui, le Mal est puissant et il ne faut jamais jouer avec lui. Entrons dans l’apothéose de ces pratiques occultes : le mal et Satan. D’abord, disons-le clairement : au sujet du Diable et des démons, les hommes commettent deux erreurs. Elles sont diamétralement opposées, mais aussi graves l’une que l’autre. L’une consiste à nier leur existence, l’autre à y croire mais à leur porter un intérêt excessif et malsain. Les sectes sataniques ont une influence de plus en plus grande et notoire, surtout auprès des jeunes. 78% des jeunes adolescents sont entrés en contact avec du matériel satanique ! (source : Zénith, 09.11.2007). Il faut dire que nos enfants sont initiés précocement ! Les rayons pour enfants des bibliothèques regorgent d’anthologies parfaitement documentées sur les rituels sataniques et autres procédures d’envoûtement ou de magie noire. Nous sommes très loin des maléfices subis par Blanche Neige ou la Belle au bois dormant. Peu après, les jeux de rôles les immergeront dans le monde de la magie très noire, pendant des heures et des heures. Sous prétexte de jouer une aventure épique, les jeunes incarnent différents personnages qui, le plus souvent, n’ont pour but que d’anéantir, par tous les moyens (en particulier magiques et sataniques) l’ensemble de leurs adversaires. Si on y ajoute les bandes dessinées, qui non seulement versent de plus en plus dans la haine du Christianisme mais aussi vulgarisent les pactes sanglants ou autre rituel de ce genre ; la musique (Gothic notamment) ou les sites internet où il est même devenu presque facile de se procurer des « vidéos extrêmes » qui contiennent des sacrifices humains, des sabbats lucifériens, etc. : tout concourt à banaliser et à faire l’apologie du monde de l’occulte et de Satan. Un pourcentage énorme de jeunes déclarent que si Satan peut leur donner le pouvoir et la richesse, ils n’auraient aucune difficulté à s’allier avec lui… Sans entrer dans le détail, car tel n’est pas l’objet de cette présentation, on sait que le Satanisme est le culte rendu à Satan et dans un sens plus large, une philosophie religieuse dont Satan est le symbole de liberté et de l’individualisme. Il en existe différentes Eglises. Certes, fort heureusement, la culture ambiante actuelle ne conduit pas nécessairement à entrer dans une secte satanique ou dans une de ses églises. Cependant, elle développe une « culture de mort » et de haine qui conduit souvent au suicide ou à la maladie mentale. L’augmentation actuelle de nombreuses maladies mentales (schizophrénies, etc.) s’explique en effet souvent par des expériences liées aux forces occultes et/ou à la drogue. Aux marges des différentes églises sataniques recensées (l’Eglise de Satan, le temple de Seth pour les plus connues), mais dont on ignore, par définition, le nombre d’adeptes, se développe un Satanisme d’amateurs, surtout chez les jeunes, à partir du matériau fourni par les films d’horreur, les séries fantastiques et les romans gothiques, ou encore, à partir de textes trouvés sur Internet faisant l’apologie de telle divinité ou décrivant des cérémonies et rituels à suivre pour « être un véritable sataniste ». Ce bricolage, qui consiste, par exemple, en l’organisation de séances de spiritisme, peut conduire à une fuite en avant dans la marginalité par des pratiques de cérémonies toujours plus déviantes (sacrifices de petits animaux) et l’adhésion à des groupuscules satanistes mieux organisés, agissant dans le secret et suivant les techniques entachées de sectarisme… On en voit des effets visibles dans le nombre de profanations de tombes qui ne cesse d’augmenter. Les premières victimes sont les jeunes qui sont plus curieux, plus fragiles, en recherche de sensations fortes, ou sous l’emprise de drogues. Comme nous vivons une société adolescentrique, on constate que de plus en plus d’adultes se font prendre car ils n’ont pas quitté la fragilité de l’adolescence. Viennent ensuite les femmes, souvent victimes de rites abominables. De véritables traites de personnes humains existent pour sacrifier à Satan. Quant aux cas de possession vérifiés, ils demeurent rares. En effet, Satan n’a pas intérêt à posséder une âme car dans ce cas, sa responsabilité est amoindrie puisque privée de sa liberté. Satan a une meilleure arme : la tentation ! En France, chaque diocèse a son exorciste (pour qui en aurait besoin, il est recommandé d’abord de rencontrer un prêtre de confiance plutôt que de s’adresser directement à l’exorciste). Malheureusement, la plupart de ces exorcistes n’exorcisent presque jamais, souvent par principe, car ils sont trop exclusivement « formés » au « tout psychologique », oubliant que c’est dans ce domaine que Satan intervient le plus ! Pire, certains théologiens affirment que le démon n’est qu’un leurre, une figure mythique du Mal. Ce faisant, ils ôtent une dimension incontournable de l’Evangile : le combat sans relâche du Christ avec les forces du Mal, depuis les Tentations au désert jusqu’au Golgotha. Dans le diocèse du Lot, nous avons la chance d’avoir un prêtre africain, beaucoup moins Cartésien que nous, donc plus à même de discerner le Mal des maladies mentales. Le père Blaise exorcise presque chaque jour, m’a-t-il un jour confié… Le Mal n’est pas un leurre, il est même très Malin alors… ne jouons jamais avec lui ! La première personne qui a voulu discuter, dans l’Humanité, s’appelle Eve. Et je ne crois pas que ça nous ait bien réussis… Padre Pio, mon saint patron, disait que le nombre de démons actifs dans le monde est supérieur au nombre total de personnes ayant vécu depuis Adam… Il disait aussi « si tous les démons devaient prendre une forme corporelle, ils cacheraient la lumière du soleil. Dites-vous bien que l’ogre n’admet jamais sa défaite ». Padre Pio explique également que le Diable ne peut pas nous nuire spirituellement à moins que nous ne le laissions entrer : « Le Diable est comme un chien enragé attaché à une chaîne. Au-delà de la longueur de la chaîne, il ne peut attraper personne. Et vous, donc, gardez vos distances. Si vous êtes trop près, vous serez pris. Rappelez-vous, le Diable n’a qu’une seule porte pour entrer dans notre âme : notre volonté. Il n’y a pas de porte secrète ou cachée. Aucun péché n’est un vrai péché s’il n’a pas été volontairement consenti. ». Mais au final, le saint Padre Pio a une phrase concernant le merveilleux, le côté « spectacle » du Démon : « Si le diable fait tout un boucan, c’est un excellent signe : ce qui est terrifiant c’est quand il est en paix et en concorde avec une âme humaine ». La prochaine fois, qui sera la fin de notre année pastorale, nous conclurons ce dossier sur l’occultisme avec une vision d’espérance forte.

+Franz D’après un texte de Mgr Cattenoz.

2 vues

Groupement Paroissial de

Limogne-en-Quercy

Presbytère

Rue de Cénevières

46260 Limogne-en-Quercy

Secrétariat

du lundi au samedi 9h - 18h

05 65 31 50 27

Nous contacter directement

© 2020 Groupement Paroissial de Limogne-en-Quercy