LES TWEETS DU PAPE - FEVRIER 2020

Samedi 01 février : Celui qui oriente son regard vers sur Jésus apprend à vivre pour servir. Il n’attend pas que les autres commencent, mais il part à la recherche ds autres. Nous célébrons aujourd’hui la Journée Mondiale de la Vie Consacrée. Prions pour les hommes et les femmes qui se consacrent à Dieu et à leurs frères et sœurs dans le service quotidien : qu’ils soient toujours des témoins fidèles de l’amour du Christ. Dimanche 02 février : L’ Évangile d’aujourd’hui (Lc 2, 22-40), fête de la Présentation du Seigneur, nous montre l’étonnement de Marie, Joseph, Syméon et Anne face à ce qui se produit sous leurs yeux. La capacité à s’émerveiller rend la rencontre avec le Seigneur fructueuse. Lundi 03 février : On se relève de la solitude non pas en s’enfermant, mais en invoquant le Seigneur, parce que le Seigneur entend le cri de celui qui est seul. Mardi 04 février : Frères et sœurs, dans les moments d’éloignement de Dieu, entendre cette voix dans notre cœur nous fera du bien : "Mon fils, ma fille, que fais-tu ? Ne te suicide pas, s’il te plaît. Je suis mort pour toi". Mercredi 05 février : Le document sur la fraternité humaine,signé il y a un an,a écrit une nouvelle page dans le dialogue entre les religions et les personnes de bonne volonté. En tant que frères et sœurs,nous voulons dire non à la violence et promouvoir ensemble la paix, la vie,la liberté religieuse. Jeudi 06 février : Il y a une pauvreté que nous devons accepter, celle de notre être, et une pauvreté qu’au contraire nous devons rechercher, la pauvreté concrète, des choses de ce monde, pour être libre et pouvoir aimer. https://twitter.com/i/status/1225430198507667456 Vendredi 07 février : Le plus grand homme né d’une femme, Jean-Baptiste, et le Fils de Dieu ont choisi la voie de l’humiliation. C’est le chemin que Dieu montre aux chrétiens pour qu’ils continuent. On ne peut pas être humble sans humiliation. Samedi 08 février : Sainte Bakhita, patronne des victimes de la traite, a affronté la douleur de l’esclavage. Elle a été témoin de la liberté et de la joie de la rencontre avec le Seigneur. Prions pour que tous puissent vivre cette joie et briser les chaînes de l’esclavage. Ensemble contre la traite. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons vaincre ce fléau et protéger les victimes. La prière est la force qui soutient notre engagement. Dimanche 09 février : Dans l’Évangile du Jour (Mt 5, 13-16), Jésus appelle ses disciples à être sel et lumière parmi les gens. Il est le sel qui vit et répand la grâce du Christ ; il est la lumière qui fait briller l’Évangile à travers les bonnes œuvres. Lundi 10 février : De douloureuses nouvelles continuent d’arriver de Syrie sur les conditions des personnes contraintes à fuir en raison de la guerre. Je renouvelle mon appel à toutes les parties afin qu’elles dialoguent et respectent le Droit humanitaire pour sauver la vie des civils. Mardi 11 février : La foi grandit par l’invocation confiante, en apportant à Jésus ce que nous sommes, à cœur ouvert, sans cacher nos misères. À la Vierge Marie, Santé des malades, je confie toutes les personnes qui portent le fardeau de la maladie, ainsi que leurs familles et les professionnels de la santé. A tous, j’assure avec affection ma proximité dans la prière. Mercredi 12 février : Jésus-Christ offre sa miséricorde à ceux qui vivent dans l’angoisse à cause de leur situation de fragilité, de douleur et de faiblesse. Il invite tout le monde à entrer dans sa vie pour faire l’expérience de la tendresse. "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés" (Mt 5,4). Sage et béni est celui qui accueille la douleur liée à l’amour, car il recevra la consolation de l’Esprit Saint, qui est la tendresse de Dieu qui pardonne et corrige. J’adresse cette Exhortation au monde entier, pour aider à réveiller l’affection et la préoccupation pour l’Amazonie, une terre qui est aussi la “nôtre”. Je rêve d’une Amazonie qui lutte pour les droits des plus pauvres, des peuples autochtones, des derniers, où leur voix soit écoutée et leur dignité soit promue. Le Seigneur, qui le premier prend soin de nous, nous enseigne à prendre soin de nos frères et sœurs et de l’environnement qu’il nous offre chaque jour. C’est la première écologie dont nous avons besoin. Je rêve de communautés chrétiennes capables de se donner et de s’incarner en Amazonie, au point de donner à l’Église de nouveaux visages aux traits amazoniens. Jeudi 13 février : Les populations amazoniennes ont le droit à l’annonce de l’Évangile : l’annonce d’un Dieu qui aime infiniment chaque être humain, qui a manifesté pleinement cet amour dans le Christ crucifié pour nous, et ressuscité dans nos vies. Vendredi 14 février : Combien de fois oublions-nous le Seigneur pour négocier avec d’autres dieux : l’argent, la vanité, l’orgueil. Demandons la grâce de comprendre quand notre cœur commence à glisser vers la mondanité. Sa grâce et Son amour nous arrêteront si nous le prions. Samedi 15 février : Pensons aujourd’hui, en gratitude envers Dieu, aux personnes qui nous accompagnent dans la vie : membres de la famille, amis, collègues de travail. Le Seigneur nous veut ‘peuples’, il nous veut en compagnie. Merci, Seigneur, de ne pas nous laisser seuls ! Notre prière ne doit pas se limiter à nos besoins, à nos nécessités : une prière est véritablement chrétienne si elle a aussi une dimension universelle. Dimanche 16 février : Dans l’Évangile du Jour (Mt 5, 17-37), Jésus nous encourage à passer de l’observance formelle de la Loi à l’observance substantielle, en accueillant la Loi dans notre cœur. Les bonnes et les mauvaises actions partent du cœur. lundi 17 février : Nous ne suffisons pas à nous-mêmes, nous avons besoin de démasquer notre autosuffisance, de surmonter nos enfermements, de redevenir petits au fond de nous-mêmes, simples et enthousiastes, pleins d’élan vers Dieu et d’amour pour les autres. Mardi 18 février : Chacun d’entre nous a quelque chose de dur dans son cœur. Le remède contre la dureté du cœur est la mémoire, le souvenir des bienfaits du Seigneur. Cela permet de garder le cœur ouvert et fidèle. Mercredi 19 février : "Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage". La douceur est capable de gagner le cœur, de sauver l’amitié et plus encore car les gens s’irritent puis se calment, réfléchissent et reviennent sur leurs pas. Les relations peuvent se reconstruire. "Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage". La "terre" à conquérir est le salut du frère. Aucune terre n’est plus belle que le cœur des autres, aucune terre n’est plus belle que la paix trouvée avec un frère. C’est la terre à hériter. Jeudi 20 février : Le choix des plus pauvres et des oubliés nous pousse à les libérer de la misère matérielle et à défendre leurs droits, mais aussi à leur proposer l’amitié avec le Seigneur, qui les promeut et leur donne dignité. Vendredi 21 février : Pour suivre Jésus, nous devons faire trois pas : s’approcher de lui pour le connaître ; confesser - avec la force du Saint-Esprit - qu’il est le Fils de Dieu ; et accepter le chemin d’humilité et d’humiliation qu’il a choisi pour la rédemption de l’humanité. Samedi 22 février : Nous avons reçu la vie non pas pour l’enterrer, mais pour la mettre en jeu ; non pas pour la garder, mais pour la donner. Quiconque est avec Jésus sait que le secret pour posséder la vie est de la donner. En la fête de la Chaire de Sain tPierre, rendons grâce à Dieu pour la mission confiée à l’Apôtre Pierre et à ses successeurs, de rassembler son peuple de toutes les nations et de le guider dans la charité et la vérité sur le chemin du salut. Dimanche 23 février : Voilà l’œuvre que le Seigneur vous confie pour la Méditerranée : reconstruire les liens coupés, relever les villes détruites, faire fleurir un jardin sur des terres desséchées, susciter de l’espérance, et exhorter à ne pas craindre le frère. Si nous voulons être disciples du Christ, et nous dire chrétiens, voici le chemin : Aimés de Dieu, nous sommes appelés à aimer ; à pardonner ; à donner l’amour sans attendre que les autres commencent ; à ne rechercher aucun bénéfice dans le bien que nous faisons. Prions le Seigneur afin qu’il encourage les cœurs et que tous puissent dépasser la logique de l’affrontement, de la haine et de la vengeance pour nous redécouvrir comme frères, enfants d’un seul Père. Lundi 24 février : « Nous vous en supplions au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2Co 5, 20) Mardi 25 février : Je souhaite que vous appreniez tous à regarder la vie d’en haut, dans la perspective du ciel, à voir les choses avec les yeux de Dieu, à travers le prisme de l’Évangile. Mercredi 26 février : Cette année encore, le Seigneur nous accorde un temps favorable pour nous préparer à célébrer avec un cœur renouvelé le grand Mystère de la mort et de la résurrection de Jésus, pierre angulaire de la vie chrétienne. Jeûner, c’est savoir renoncer aux choses vaines, qui passent, au superflu, pour aller à l’essentiel. C’est rechercher la beauté d’une vie plus simple. Nous commençons le #Carême en recevant les cendres. Nous sommes poussière dans l’univers. Mais nous sommes la poussière aimée de Dieu. La cendre que nous recevons sur la tête nous rappelle que, enfants de Dieu, nous ne pouvons pas vivre pour suivre la poussière qui disparait. La cendre nous rappelle ainsi le parcours de notre existence : de la poussière à la vie. Nous sommes poussière, terre, argile, mais si nous nous laissons modeler par les mains de Dieu nous devenons une merveille. Le Carême est un temps de grâce, pour reconnaitre que nos misérables cendres sont aimées par Dieu, pour accueillir le regard d’amour de Dieu sur nous et, regardés de la sorte, changer de vie. Nous sommes au monde pour marcher de la cendre à la vie. Jeudi 27 février : Nous prions, nous jeûnons et nous accomplissons des œuvres de miséricorde en ce temps de grâce afin que le Seigneur puisse trouver prêts nos cœurs pour les combler par la victoire de son amour. Vendredi 28 février : Le Carême est le temps propice pour faire de la place à la Parole de Dieu. C’est le moment d’éteindre la télévision et d’ouvrir la Bible. C’est le moment de se détacher du portable et se connecter à l’Évangile. Dignité de la personne, justice, subsidiarité et solidarité : voilà la contribution de la Doctrine sociale de l’Église à la recherche commune d’une « algor-éthique ». L’appel signé aujourd’hui est un pas important dans cette direction. Samedi 29 février : La Journée des maladies rares nous offre l’occasion de prendre soin tous ensemble de nos frères et sœurs qui en souffrent, intégrant recherche, soins médicaux et assistance sociale de façon à jouir d’opportunités égales et profiter d’une vie comblée. Laissons-nous réconcilier pour vivre comme des enfants aimés, comme des pécheurs pardonnés, comme des malades guéris, comme des voyageurs accompagnés.

1 vue

Groupement Paroissial de

Limogne-en-Quercy

Presbytère

Rue de Cénevières

46260 Limogne-en-Quercy

Secrétariat

du lundi au samedi 9h - 18h

05 65 31 50 27

Nous contacter directement

© 2020 Groupement Paroissial de Limogne-en-Quercy