Mot du père Franz - Du 09 au 27 juillet 2022

Dans un pays de plus en plus divisé, nous essayons de chercher à nous entendre sur ce que nous pourrions vivre ensemble, afin de dépasser les clivages et de relever les défis dans lesquels nous sommes trop souvent empêtrés.

Mais… pour s’entendre, il faut d’abord s’écouter ! Or, la véritable écoute est mutuelle. Elle demande du temps, du respect, de la volonté et du partage. Combien de fois j’ai expliqué à nos jeunes que l’écoute ne consiste pas à se brancher sur les réseaux dits « sociaux », où l’on approuve ou désapprouve d’un clic, sur Facebook, sur un pouce vers le haut (on les appelle les « like ») ou vers le bas (les « dislike ») les déclarations des uns ou des autres.

J’ai du mal avec cette typologie, car c’était ainsi que, jadis, les spectateurs des jeux du cirque, du temps de l’Empire Romain, décidaient de la vie ou de la mort des gladiateurs : d’un simple geste du pouce, une vie était mise en balance. Ils auraient d’ailleurs plus justement mérité le titre de « spectatueurs » !

Vous qui allez peut-être recevoir vos enfants ou petits-enfants, vous allez être confronté à ce fléau des réseaux sociaux qui sont plutôt asociaux puisqu’ils nous séparent et nous divisent. Assis à côté de vous, ils n’entendront même pas vos paroles… De plus, ces réseaux condamnent ou encensent et ne sont que des caisses de résonnance, de défoulement excessif.

Si vous prenez la peine d’y entrer, vous constatez qu’ils simplifient les diagnostics, amplifient la pensée unique, l’engouement et, trop souvent, intensifient la haine. Alors, comment nous débarrasser de cette addiction à ces réseaux de colère ?

Je me rappelle d’un morceau de musique des années 80 où France Gall chantait déjà, sur les paroles de Michel Berger, les vertus de la déconnexion : « Débranche ! ». Le conseil est excellent et encore plus d’actualité. Un peu comme il existe une journée sans voiture, sans tabac ou alcool, si on leur proposait des journées sans portable… une journée d’écoute déconnectée !

L’été est le temps de l’écoute. Les jours y sont plus longs (mais la solitude est plus pesante aussi). La chaleur harassante nous fait rechercher l’ombre bienfaisante d’un havre de fraîcheur. Mais le refuge ombragé n’est jamais si bienfaisant que lorsqu’il est partagé. On peut remplacer une connexion par une visite, un réseau par une présence… redécouvrons de la part d’un voisin seul ou dépendant ce qui fait les vraies joies et les espoirs de ce temps.

Vivons la joie de rencontres gratuites, désintéressées, quoi… qu’il en écoute !!! Ce sont elles qui construisent le lien social, plus précieux et durable que tous les « liens » de l’Internet qui, une fois le buz terminé, est si vite oublié. Internet est un très bon outil, mais comme tout outil, il doit être évangélisé : il nous mène de site en site mais sans jamais procurer une authentique écoute. Alors, faisons de notre été un temps de rencontre ! Un « like » passe, mais la joie d’un sourire est éternelle !

Je vous souhaite un très bel été à l’écoute quoiqu’il en coûte !

+Père Franz


22 vues0 commentaire