Mot du père Franz - Du 22 août au 05 septembre 2021


Pour cette 100ème feuille de messe, un peu celle du lancement de la nouvelle année pastorale 2021-2022, j’aimerai mettre au cœur une valeur incarnée, telle que nous y invite l’Apôtre St Jacques (« si quelqu’un prétend avoir la foi sans la mettre en pratique, à quoi cela sert-il ? (…) c’est par mes œuvres que je montrerai la foi » (Jc 2, 14.18) : l’hospitalité, c’est-à-dire l’accueil les uns les autres !

L’hospitalité a bien été mise à rude épreuve depuis l’arrivée de la pandémie. Entre les peurs, les gestes barrières, les couvre-feux, les consignes sanitaires, les confinements et j’en passe, combien il fut difficile de vivre cette hospitalité, même en famille.

Comme un signe fort, reconnaissons que cet été, l’hospitalité fut un des fils rouges. Bien sûr, la période estivale fut lourdes en évènements terribles : tremblement de terre en Haïti, incendies, Covid et variant Delta, prise de l’Afghanistan par les talibans et même jusqu’au décès de notre immortel Jean-Paul Belmondo ! Puis est survenu cet autre drame, l’assassinat du père Olivier Maire, le 09 août dernier. Nous apprenions avec effroi que ce religieux avait été tué par celui-là même qu’il accueillait chez lui en Vendée.

Cette tragédie a provoqué une double stupeur dans l’opinion : choc d’apprendre ce meurtre et surprise plus grande encore de découvrir que l’incendiaire présumé de la cathédrale de Nantes était hébergé dans une communauté religieuse.

C’est cet accueil qui est finalement apparu pour beaucoup comme la chose la plus marquante de l’été… avec la météo ! Je signale la météo car il y a un fait encore plus difficile à comprendre, c’est le mécanisme du changement climatique décrits par le rapport du Giec. Ainsi que les difficultés de saisir les raisons de la méfiance des Antillais avec les vaccins. L’hospitalité apparaît bien éloignée des logiques de pensée actuelle, elle a du mal à entrer dans nos schémas, dans nos calculs bénéfices/risques.

7 vues0 commentaire