Mot du père Franz - Du 27 novembre au 12 décembre 2021

C’est déjà la fin de l’année liturgique, en attendant les nouveautés, comme la nouvelle version du Missel Romain et tous les changements lors de nos messes… même si la crise du papier risque de reporter encore un peu l’application !

Qui dit fin d’année, dit l’heure des bilans. Et, à croire l’Evangile, il y a de quoi nous interroger ! Il y a de quoi nous demander si nous sommes vraiment au clair sur le contenu de la liturgie du dernier dimanche de l’année : dans quelle mesure voyons-nous le Christ « Roi de l’univers » ? Tant de voix s’élèvent, du côté de la science, pour distinguer les deux domaines.

Et puis, parler de royauté, n’est-ce pas désuet ? Or, Jésus parle, lui, de vérité… mais est-ce que cela nous met plus à l’aise ? Car faire la vérité dans nos vies –surtout si le Christ est « le chemin, la vérité et la vie », ce n’est pas forcément facile !

Tout part d’une question : « finalement, es-tu roi ? ». Roi des juifs ou des autres, peu importe. Es-tu roi ? Telle est la question précise, directe. Qui pouvait tout changer pour Pilate et pour nous. Car au roi, les honneurs. Faudrait-il désormais qu’on présente les armes ? Qu’on sonne de la trompette ? Qu’on ameute la presse, micros et caméras ? Que l’on crie des bravos ?

Et au roi, le pouvoir. Faudrait-il désormais que l’on courbe l’échine ? Que l’on tombe à genoux ? Que l’on fasse serment d’entière fidélité ? Et nous serions alors les sujets de ce roi.

Ainsi interpellé, Jésus a répondu : « Oui, mais ma royauté n’est pas de ce monde ». C’était clair, c’était franc. Et ce n’est pas nouveau. On aurait dû le comprendre. Est-ce qu’un roi se met à l’écart quand la foule en liesse veut le porter en triomphe ? Est-ce une joyeuse entrée si le roi est un pauvre monté sur un âne ? Est-on roi si l’on a comme trône une croix, comme sceptre un roseau, comme couronne des épines ? On aurait dû comprendre…

Mais il est plus reposant de ramper, de s’allonger, d’obéir sans réfléchir, que de se tenir debout. Et voilà que ce roi nous secoue en disant, lui-même, « échec au roi » ! Puis il a rajouté : « je suis venu pour rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix ». Ainsi, plus question pour personne d’être sujet, d’appartenir, sauf à la vérité. Même pas Jésus qui en est le témoin.

Plus question pour les personnes humaines d’hier et d’aujourd’hui d’être aux mains du pouvoir des puissants, de ceux qui savent, de ceux qui ont, chefs et savants, des Eglises et une hiérarchie. Sauf si la hiérarchie est perçue comme un édifice de service et d’appartenance. Avec le Christ, le roi devient féminin puisque… seule la vérité est reine !!

Sous le regard de cette reine, nous sommes appelés à faire la lumière sur nos vies : voilà une bonne manière de finir une année avec le Christ. Par sa Passion, il a vaincu les ténèbres et il nous offre la lumière, pourvu que nous acceptions d’entrer avec lui dans ce Royaume de la vérité et de l’amour qui, seul, libère.

Que cette nouvelle année soit l’occasion de nous mettre humblement sous le regard d’une vérité d’amour, au service de notre bonheur et du bonheur pour tous.

+Franz


1 vue0 commentaire