POURQUOI AVOIR UNE SECRETAIRE SUR LA PAROISSE ?

INFORMATION OFFICIELLE DU PERE FRANZ

POURQUOI AVOIR UNE SECRETAIRE SUR LA PAROISSE ?

Ayant entendu ci et là –et bien souvent pas directement- des interrogations sur la nécessité d’avoir une secrétaire sur le groupement paroissial, il convient que le curé donne quelques explications (même s’il n’a pas à se justifier), car il s’agit d’une décision qui impacte aussi les finances de la paroisse. Tout d’abord, il faut être clair : Sandrine (c’est son prénom) n’est pas embauchée par la paroisse. Embauché, c’est signer un contrat de travail –CDD ou CDI. Sandrine a un statut « auto-entrepreneur », c’est-à-dire payée à la tâche, selon les missions diverses confiées mois par mois par les pères Gilbert et Franz. Cela fonctionne comme lorsqu’on fait appel à un plombier, par exemple : on ne paie que quand on en a besoin ! Les prêtres prenant de l’âge, les bénévoles également, les jeunes qui commencent à prendre des responsabilités étant également débordés (travail, famille), le choix était évident : priorité à la santé, à la vie familiale et professionnelle ! Mais la paroisse, qui prend un essor important, doit aussi aller de l’avant. Comment faire mieux sans en demander plus aux personnes qui sont déjà surchargées ? Soit on réduit la voilure (et on prend le risque d’arrêter les activités les uns après les autres, ce qui se passait quand le père Franz est arrivé), soit on trouve une autre personne disponible et compétente ! La paroisse comme tout le diocèse, vit un changement historique qui va être de plus en plus radical : dans les 10 prochaines années, vu la pyramide des âges de nos prêtres, d’une 50ène de prêtres en activité aujourd’hui, il n’y en aura guère qu’une 15ène. Il faut donc quitter de suite nos œillères (car l’horizon de 10 ans, c’est très court) et préparer l’avenir pour ne pas vivre ce traumatisme qu’a connu, par exemple Cabrerets, de voir son groupement paroissial séparé en trois autres paroisses. Le chiffre parle pour lui : aujourd’hui il y a une 30ène de paroisses… avec 15 curés dans les 10 prochaines années, le nombre actuel de paroisses ne peut que baisser ! Quel sera le critère objectif de décision de nos évêques ? Garder et fortifier les lieux où la vie chrétienne est célébrée, où il y a des jeunes, des communautés locales vivantes et nombreuses, où les personnes âgées ou malades sont visitées, où tous les Conseils sont garnis, travailleurs et renouvelés ! Il y a un an, quand le père Franz est arrivé, le constat était clair : la paroisse n’ayant aucun collège ou lycée, il n’y avait pas d’aumônerie possible. Certes, il y avait eu le « caté pizza », mais celui-ci était en fin de course. Il n’y a aucun catéchiste, ni personne disponible pour accompagner les jeunes, que ce soit l’Eveil à la Foi, le catéchisme ou l’aumônerie. Il y a bien 2-3 bénévoles qui aidaient ponctuellement, mais ce n’est pas cela, accompagner les jeunes. Il faut une implication de tous les jours, car accompagner un jeune efficacement demande de transmettre la foi non seulement au jeune (avec le défi de l’intéresser, de s’intéresser à lui, de connaître son histoire) mais à toute la famille (ce qui demande beaucoup de temps pour créer du lien régulier avec chacun des parents). Aujourd’hui, sans secrétaire qui prend ce temps quotidiennement, qui le ferait chez nous ? Sans secrétaire, il n’y aurait pas d’Eveil à la Foi qui repartira cette année. Sans secrétaire, il n’y aurait pas de catéchisme, car le curé –tout seul sur Limogne pour s’occuper de la pastorale des jeunes- n’est absolument pas en mesure de tenir cette dynamique en étant aussi isolé. Sans secrétaire, il n’y aurait pas d’aumônerie –ni même d’EAP, puisque la moitié de l’équipe vient de parents de jeunes d’aumônerie. Et sans ce lien créé depuis un an, ces personnes ne se seraient sûrement pas mises en chemin ! Sans secrétaire, plus de mission St Cirq puisqu’il n’y a personne de la paroisse qui désire, non seulement donner un coup de main pour organiser, mais surtout venir dans ce lieu. Les raisons sont valables : géographie difficile, parking payant, temps d’implication immense. Et tout ceci est vrai ! Mais s’il n’y a pas une secrétaire, dans ce cas pas de mission St Cirq, mais pas aussi de troncs qui font vivre chacun des villages ! Sans secrétaire, pas possible d’organiser les travaux et achats qui ont eu lieu (et qui vont continuer cette année) dans chacune de nos nombreuses églises. Pas de possibilité de gérer convenablement les stocks, les budgets, donner une visibilité comptable sérieuse. L’équipe comptable est admirable, mais elle ne peut pas tout faire. Déjà, elle prend en charge le comptage des sous, le paiement des factures, les saisies informatiques du plan comptable, le suivi des intentions de messe, la vérification que chacun des sacrements soient réglés (baptêmes, mariages, sépultures, messes anniversaire, etc.). Elle s’occupe de tenir les registres, du lien avec l’évêché pour tous les papiers officiels, etc. C’est déjà une tâche très lourde. Pourtant, il convient de gérer les stocks, de mutualiser les efforts afin que chaque village puisse bénéficier de l’effort financier dans un partage équitable. C’est non seulement essentiel mais demandé par le Diocèse. Alors, sans secrétaire, impossible de mettre en place une comptabilité dans son ensemble. Le curé –en harmonie avec ce que demandent les évêques de France et notre pape François-, insiste sur la communication. Nous sommes dans l’aire de la communication, de l’internet et des sites sociaux (Facebook, Twitter et autres). Le Causses-Vallées est une pièce essentielle de la communication tant au niveau de la paroisse qu’à l’extérieur. Il demande énormément de travail à notre curé qui s’implique personnellement sur ce support qu’il juge décisif. Il a relancé le site internet (de plus en plus visité), il a relancé la page Facebook. Il faut savoir qu’aujourd’hui, les jeunes passent prioritairement par ce biais. Pour donner un exemple : la moitié des demandes de mariages, et bien les 2/5ème des demandes de baptêmes ont été faite par mail ou message privé Facebook l’année dernière. Se priver de ce support, c’est perdre des jeunes. Or, internet demande une grande compétence et beaucoup de temps : qui, dans notre paroisse, désire prendre des heures chaque semaine pour cela ? Or, un site doit être mis à jour quotidiennement, Messe Info Service (site officiel des évêques de France qui annonce pour la Francophonie les messes à venir : non facultatif, les évêques ont demandé à tous les curés de France de le tenir à jour quotidiennement) également, traitement des nombreux mails qui arrivent sur la paroisse. Mais aussi, lien avec les fournisseurs, traitement des soucis quotidiens de maintenance (30 églises, il y a toujours des soucis à gérer ; sans compter les problèmes de livraisons, de facturation, etc etc.). Sans secrétaire, qui peut croire que le curé –une fois encore seul pour gérer tous ces détails-, puisse le faire avec compétence et suivi ? L’unité de la paroisse est un défi et une demande du Seigneur (Jn 17), du pape (voir la dernière lettre aux catholiques), de notre évêque et du père Franz : elle n’est pas optionnelle et doit se réaliser. Avant, il y avait un village phare, un pôle, par secteur. Donc, on contactait la personne relais par secteur (toujours la même, si bien qu’un épuisement était possible). L’unité demande à considérer chaque village, chaque église sur un pied d’égalité. La demande de chaque village le prouve : allez mettre moins de messes à un village, vous aurez la communauté qui viendra légitimement demander des comptes au curé ! L’unité passe aussi par donner le même stock de lumignons dans les villages qui ouvrent leur église. L’unité passe par une liturgie unifiée. L’unité passe par le fait d’avoir un journal paroissial commun. L’unité va passer par créer une paroisse unique (comme le père Franz le créa avec le père Jean-Pierre à Gourdon, dès 2013, devenant ainsi précurseurs de ce qui se vit aujourd’hui. Prayssac-Puy l’Evêque, dont le curé est le doyen de notre secteur s’en est inspiré cette année), passer d’un groupement de paroisses à une seule paroisse. Cela demande beaucoup de travail en amont qui est de la compétence de l’EAP (charte des paroisses). Mais l’EAP, chez nous, va être lancée le 30 septembre par Mgr Camiade, ce qui en fait une jeune équipe. Pourtant, le projet doit aller de l’avant. Sans secrétaire, nous serions obligés de repousser ce projet pourtant urgent à mettre en place afin de péréniser l’existence même de notre groupement actuel ! Sans secrétaire, pas de Causses-Vallées comme il est fait actuellement : création informatique, mise en page en couleurs, photocopies, pliages, organisation des tas des abonnés par villages, mais aussi suivi des abonnements, relances des réabonnements, traitement des fichiers transmis localement par les personnes relais, etc. Un travail de fourmi impossible sans la présence d’une secrétaire. Sans secrétaire, impossible d’avoir des feuilles de messes et de chants à donner chaque weekend (sans compter toutes les messes votives en semaine comme le 15 août, le 08 mai ou autres) : plus de 600 feuilles à plier chaque semaine, plus l’insertion de la feuille des intentions de messe, demandée par beaucoup de personnes (afin de ne plus chercher le bon support de demande) et qui a permis de relancer efficacement le nombre d’intentions. Sans secrétaire au départ, le père Franz y laissait ses nuits… et sa santé. Sans secrétaire, il aurait été impossible de relancer la journée procession des reliques à Ste Germaine à Promilhanes, de rebâtir le site de l’abbée Lemozi à Cabrerets « Notre Dame des Voyageurs », d’avoir une mission St Cirq –non seulement fructueuse, mais d’avenir puisque l’église est maintenant entretenu comme l’exige la dignité d’un lieu de prière, fleurie chaque semaine, d’avenir puisque les jeunes qui ont animé cet été sont ceux de l’aumônerie (avec leur tee-shirt de service jaune des « JND », comme vous avez dû les voir ci et là). Grâce à cela, un groupe soudé a pu naître. Sans secrétaire, impossible d’imaginer la réalisation du futur projet de la Vallée : jumeler, comme ce fut le cas dans notre histoire, le Roc Traoucat et ND des Voyageurs (achat du terrain, création d’un nouveau chemin de croix, débroussaillage puis entretien du Roc Traoucat, la même chose à ND des Voyageurs, pour enfin lier spirituellement les deux lieux voisins par des temps de célébrations communs). Le curé ne peut absolument pas porter ce projet seul, quand on voit par ailleurs tout ce qui doit vivre sur la paroisse. Le père Franz –et on le comprend- a un agenda très chargé. Mais il a aussi le droit d’avoir une vie personnelle : lundi de repos afin de prendre soin de sa famille, de ses amis, de ses filleuls, de ses animaux et… de lui-même ! Sans secrétaire, beaucoup d’appels téléphoniques restaient sans réponse pour pleins de raisons : beaucoup de personnes n’osent pas laisser un message, mauvaise transmission des messages du répondeur, de nombreux « bugs » qui effaçaient les messages avant consultation, oubli des prêtres de rappeler… Maintenant, une permanence est tenue par une secrétaire qui connaît l’ensemble de la vie paroissiale, qui a les bonnes informations au bon moment pour chaque appel. Mais qui aussi trie les nombreux appels qui prennent un temps précieux et dont la présence du curé n’est pas nécessaire : information d’un horaire de messe, inscription d’une intention de messe, vérification si tel nom est inscrit sur la future feuille de messe, mais aussi blocage des appels de commerciaux incessants (nous connaissons tous le problèmes : des appels plusieurs fois par jour, et dans un paroisse, vous imaginez l’harcèlement que cela constitue à n’importe quelle heure du jour et de la nuit), accueil de groupes extérieurs à la paroisse, demandes de renseignements sur ce qui existe dans chaque village (y a-t-il des gites, une superette, une poste, un point d’eau, etc.). Il faut bien que toutes ces personnes aient une réponse rapidement et nos curés ne peuvent pas rester pendus à leur téléphone, car ils rencontrent en parallèle beaucoup de personnes. Avoir une secrétaire permet l’essentiel : libérer vos prêtres de toutes ces activités qui permettent une gestion et une vie forte paroissiale, mais que nos bénévoles qui prennent de l’âge, ne peuvent plus tenir, afin qu’ils puissent faire l’essentiel de leur mission : créer du lien, visiter les personnes, prendre soin du peuple de Dieu, former au sacrement chaque famille, accompagner personnellement les familles en deuil, célébrer les sacrements en ayant le cœur à la prière (et non pollués par les éléments matériels), lancer et réussir de nouveaux projets paroissiaux, rendre possible l’unité entre les villages, les secteurs, les familles, les paroissiens et chaque personne vivant ou traversant notre paroisse. Pour tout ceci et pour tant d’autres raisons : « Il n’est pas normal que nous délaissions la parole de Dieu pour le service des repas. Cherchez plutôt des personnes et nous leur confierons cette tâche. Pour notre part, nous resterons fidèles à la prière et au service de la Parole » (Ac 6.1-7). Vos prêtres peuvent ainsi rester fidèles à la prière et au service de la Parole, de la communauté car une secrétaire a été choisi : elle s’appelle Sandrine et elle est dès aujourd’hui au service de tous et de chacun !

+Père Franz, votre curé.

1 vue

Groupement Paroissial de

Limogne-en-Quercy

Presbytère

Rue de Cénevières

46260 Limogne-en-Quercy

Secrétariat

du lundi au samedi 9h - 18h

05 65 31 50 27

Nous contacter directement

© 2020 Groupement Paroissial de Limogne-en-Quercy