Sainte AGATHE LIN

Sainte Agathe Lin

et ses compagnons, Jérôme Lou et Laurent Ouang, martyrs (✝ 1858)


Martyrologie romaine: À Kaiyang près de Mianyang dans la province du Sichuan, en Chine, Sainte Lucie Yi Zhenmei, vierge et martyre, qui pour avoir avoué à la foi catholique a été condamnée à la décapitation.

Le christianisme a été annoncé en Chine à partir du 5ème siècle et la première église y a été érigée au début du 7ème siècle. Merci à l’esprit profondément religieux des Chinois envers l’Être Suprême, et à la piété dévouée et filiale envers les ancêtres décédés; Le christianisme pourrait s’épanouir dans cet immense pays dans les siècles suivants, jusqu’à ce qu’il constitue au XIIIe siècle, la première mission catholique de l'« Empire du Milieu », avec le siège épiscopal à Belfin.

À partir du XVIe siècle, lorsque les communications entre l’Orient et l’Occident commencent à être plus fréquentes, l’Église catholique entend intensifier la contribution de l’Evangile parmi ces populations, avec des traditions culturelles et religieuses aussi profondes et envoie divers missionnaires soigneusement choisis, dont matteo Ricci jésuite, pour établir des relations aussi bien religieuses que sociales et scientifiques.

L’excellent travail de ces pionniers, non seulement de la religion catholique, mais aussi de la culture occidentale, a conduit en 1592 l’empereur « fils du ciel » K’ang Hsi, à émettre le premier décret de liberté religieuse, en vertu de laquelle, les sujets pouvaient adhérer au christianisme et les missionnaires pouvaient le prêcher partout; recueillir des milliers de conversions et baptisé chinois. Mais dès la première décennie du XVIIe siècle, les choses ont changé; la douloureuse question des « rites chinois » irriguait l’empereur et la forte influence du Japon voisin hostile au christianisme, a donné lieu à des persécutions qui, de diverses manières, ouvertement ou voilées, par vagues successives jusqu’au milieu du XIXe siècle, a entraîné le meurtre de nombreux missionnaires et de nombreux fidèles laïcs chinois, détruisant de nombreuses églises.

Saint François Fernandez de Capillas de l’Ordre des Prédicateurs, martyrisé en 1648, est considéré comme le Protomartyr de Chine; c’était la première d’une longue théorie des martyrs missionnaires occidentaux, appartenant aux divers ordres religieux tels que les Dominicains, les Franciscains, les Augustins, les prêtres des Missions étrangères de Paris, le Lazare, les Missionnaires Franciscains de Marie, vers la fin de la longue période de persécution aussi les Jésuites, toujours respectés depuis le début, ont eu leurs martyrs en Juillet 1900; plus tard aussi les Salesians de Don Bosco, en 1930 ont eu deux martyrs saints Luigi Versiglia et Callisto Caravario.

À eux s’ajoutent près de trois siècles de persécution, une perle de prêtres, de séminaristes, de religieux et d’évêques de la jeune Église chinoise, qui promettait des fruits spirituels de conversion et de stabilité autonome.

En outre, une foule de fidèles chinois, qui, bien que beaucoup avaient apostat dans la crainte de persécution, ont été en mesure de résister et de témoigner de leur sang à la fidélité au Christ, souvent avec leurs familles. Parmi eux se distinguent les nombreuses figures de catéchistes et catéchistes laïcs qui, forts de leur foi dans les principes chrétiens qu’ils avaient bien assimilés, au point de recevoir la tâche de les enseigner aux autres, ont pu témoigner pleinement de leur enthousiasme, de la fraîcheur des débutants, de la fidélité aux pères missionnaires, qui souffrent souvent du martyre avec eux.

Le 1er octobre 2000, 120, le Pape Jean-Paul II a proclamé ce décompte des martyrs, des religieux et des laïc; groupes, déjà bénis à des dates différentes et tous fusionnés dans la canonisation solennelle. Ici, nous voulons nous souvenir d’un humble catéchiste laïque chinois, Yi Zhenmei (Lucia), représentant les milliers et les milliers de martyrs locaux, plus ou moins connus, qui, comme elle, ont pu faire face au tourment et à la mort, aux mains de compatriotes, en particulier les infâmes « boxeurs », qui, pour des raisons politiques et économiques ou pour l’intolérance et l’envie du bonzi, ont déclenché les persécutions longues et sanglantes contre « la religion des étrangers détestés ».

Yi Zhenmei est né le 17 janvier 1815 à Mainyang, Sichuan, Chine, le dernier de cinq frères et sœurs. son père était un catholique qui venait d’être converti par le bouddhisme.

À l’âge de douze ans, elle prit le nom de Lucie et la consacra au Seigneur, tandis que ses parents, selon la coutume, l’avaient fiancée. Ne sachant pas comment se débarrasser de la situation qui s’est posée, Yi Lucia a fait semblant d’être fou, provoquant ainsi des accords de mariage à tomber pour l’avenir.

Elle a repris ses études pour devenir institutrice et en même temps a pu se consacrer à la croissance de sa vie spirituelle.

De missionnaires catholiques, il a été chargé d’enseigner le catéchisme et a passé ses journées sereinement entre les tâches ménagères, les soins aux malades et l’apostolat catéchiste.

Maintenant jeune adulte, elle décide de se séparer de sa famille et part vivre avec des religieuses missionnaires; une maladie grave s’est produite qui l’a forcée à retourner chez elle; à cette occasion, des gens malveillants jettent des ombres sur sa moralité, à tel point que même le supérieur y croyait; les membres de sa famille voulaient se venger, mais elle s’y opposait, endurant tout paisiblement et patiemment.

Elle a ensuite été appelée par l’évêque de Kweichow qui lui a confié la tâche d’enseigner le catéchisme dans les villages du Vicariat; Surmontant les difficultés posées par sa famille, qui craignait de nouveaux dangers pour elle, Yi Zhenmei Lucia s’est immédiatement mise au travail, tout en aidant l’œuvre missionnaire du Père Giovanni Pietro Néel, des Missions étrangères de Paris, également martyrisé et proclamé saint le 1er octobre 2000.

Pendant la persécution déclenchée par la secte « Nymphe Blanche », il a été pris par les soldats; au cours de l’interrogatoire habituel, elle a fait des propositions avantageuses si elle a renoncé à la religion chrétienne, la demande a également été soutenue par son ex-petit ami, qui avait conservé l’affection et l’estime pour elle.

Lucia Yi a fermement refusé et a donc été condamnée à la décapitation, elle a accepté la sentence avec dignité, ne se rebellant que lorsqu’elle voulait être dépouillée avant la sentence, réussissant à éviter une telle humiliation.

Elle a été décapitée le 19 février 1862 à Kaiyang, Guizhou, Chine, à l’âge de 47 ans; Les 18 et 19 février, trois catéchistes avec Lucia Yi ont été tués. Son couvre-chef, mouillé de sang, a été amené dans la maison et instantanément guéri sa nièce Paola, gravement malade, à qui il avait été placé sur le corps.

Elle a été déclarée vénérable avec le Groupe des Martyrs du Guizhou le 2 août 1908, et bénie le 2 mai 1909 par le Pape Pie X. Sa fête avec le groupe guizhou est le 19 février et avec les 120 martyrs canonisés le 1er octobre 2000, le 9 juillet.

Auteur: Antonio Borrelli


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Groupement Paroissial de

Limogne-en-Quercy

Presbytère

Rue de Cénevières

46260 Limogne-en-Quercy

Secrétariat

du lundi au samedi 9h - 18h

05 65 31 50 27

Nous contacter directement

  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc

© 2020 Groupement Paroissial de Limogne-en-Quercy