Vénérable LUIGI LO VERDE

Vénérable Luigi Lo Verde

frère franciscain italien (✝ 1932)


Filippo (Philip) Lo Verde est né à Palerme le 10 décembre 1910 et baptisé le jour du Nouvel An 1911. À l'âge de six ans, il avait déjà développé un amour profond pour l'Enfant Jésus et dépensait de plus en plus temps de prière à la maison ou dans la chapelle voisine. Sa vie familiale influente, qui comprenait la prière quotidienne et le chapelet familial, a joué un grand rôle dans le développement de sa foi.

À l'âge de douze ans, Philippe était sûr d'avoir reçu une vocation à la prêtrise. Ses parents n'étaient pas aussi confiants que leur fils. Ils connaissaient un franciscain du Tiers Ordre du nom d'Antonina Spatola. Il habitait près du monastère et ils ont emmené Philippe le voir. Quand Antonina apprit que Philippe voulait être prêtre, il l'emmena chez le père Girolamo Giardina, le supérieur du monastère (le père était destiné à être ministre provincial des frères mineurs de Sicile). Il a donné à Philippe la biographie de saint François d'Assise et lui a demandé de la lire.

Le lendemain, Philippe apporta le livre avec lui à la chapelle. Il a commencé à lire, et quand il était à la moitié du livre, un membre de la famille qui l'attendait l'a entendu s'exclamer: «Assez! Le Seigneur veut que je sois franciscain.

Son père a concédé à son fils et lui a donné son approbation. Il n'avait que douze ans et cela devait être une chose difficile à faire pour lui. La mère de Philip n'a pas été si facile à convaincre. Elle voulait qu'il attende et entre dans un séminaire diocésain quand il serait plus âgé. Elle l'aimait beaucoup et ne voulait pas le voir passer derrière les murs d'un monastère religieux. Le 30 août 1922, il lui écrivit une lettre et la mit sous son assiette. C'était son anniversaire.

Quand ils se sont assis pour manger, elle a demandé à Philip de le lui lire. Dans la lettre, il lui demanda la permission et finit par écrire (extrait de son journal) «-« Vous ne devez pas vous laisser vaincre par le diable car le diable ne veut pas que vous me donniez à Jésus, il a toutes ces pensées mis dans nos têtes, mais nous ne devons pas laisser le diable gagner. Nous devons faire gagner le Seigneur ». Quand il a fini de lire, elle lui a dit: «Oui».

Philippe a terminé sa formation initiale le 21 janvier 1923 et a reçu l'habit franciscain sous le nom de Fra Luigi. Il était encore presque un an de son treizième anniversaire. Il est resté au séminaire franciscain de Motevago pour y terminer ses classes de collège et de lycée.

C'est au printemps 1926 que Philip souffre des premiers symptômes de la maladie grave connue sous le nom d' Oligoemia. Les premiers symptômes l'ont empêché d'étudier. Il était épuisé et ne pouvait pas se concentrer. La maladie épuisait son approvisionnement en sang et ses effets étaient évidents. L'adolescent ripostait au milieu d'une grande frustration.

La maladie entrerait apparemment en rémission, ce qui lui permettrait de reprendre ses règles. Il est retourné à l'école en décembre 1926 et a réussi à faire ses vœux religieux temporaires le 8 décembre 1927. Il avait presque dix-sept ans à l'époque.

En novembre 1928, Philippe s'installe au Collège séraphique du Sacré-Cœur de Palerme. Sa maladie est revenue avec une fureur. Mais même s'il luttait contre la fatigue et l'épuisement et avait de terribles maux de tête, il a réussi à terminer son cours de philosophie.

Il a dû subir diverses tentatives thérapeutiques en vain. Pendant ce temps, il y eut deux jours édifiants et heureux pour le jeune homme; le 28 février 1931, il reçut sa tonsure cléricale et le 30 mai 1931, il reçut le premier de deux ordres mineurs.

Philip Lo Verde est rentré chez lui pour rendre visite à ses parents en octobre 1931. Sa maladie a rapidement progressé et il pouvait à peine sortir de son lit. Il savait que la fin était proche et a remis tout cela à Dieu. Il a reçu le saint viatique et l'onction des malades et a été cité comme disant : «Que le passage vers le ciel est doux!»

Il mourut à son domicile le 12 février 1932, à l'âge de 21 ans. On dit qu'il souriait.

Le 14 juin 2016, le Pape François l'a déclaré digne du titre de Vénérable Luigi Filippo Lo Verde.

Nous lui demandons de prier pour nous.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout