Bienheureux JEAN HAMBLEY

Mis à jour : avr. 20

Bienheureux Jean Hambley

prêtre et martyr, à Salisbury en Angleterre (✝ 1587)


Martyr anglais (souffert en 1587), né et éduqué en Cornouailles, et converti en lisant l’un des livres des Pères En 1582. Après son cours à Reims (1583-1585), il revient travailler pendant un an dans les comtés de l’Ouest. Trahi et capturé vers Pâques ,1586, il fut jugé et condamné à Taunton. Il lui a sauvé la vie pour le moment en niant sa foi,puis a réussi à briser la prison, et s’enfuit à Salisbury. En août prochain, cependant, l’évêque protestant là-bas, dans sa haine de l’ancienne Foi, résolut de fouiller les maisons des catholiques à la veille de l’Assomption, soupçonnant qu’il pourrait ainsi attraper unprêtre, et en fait Hambley fut repris. Étant maintenant dans une situation pire que jamais, ses craintes ont augmenté; il a de nouveau offert la conformité, et cette fois il a abandonné les noms de la plupart de ses amis catholiques. Pâques suivante, il a été essayé à nouveau, et à nouveau fait des offres de conformité. Pourtant, après cette troisième chute, il parvenait à se remettre, et souffra près de Salisbury « debout à elle virilement, et inveciant beaucoup contre son ancienne faute ». Comment il a obtenu la grâce de la persévérance finale a été une question de beaucoup de spéculations. Un contemporain, le Père Warford, croyait que c’était dû à son ange gardien, mais un autre, le Père Gérard, avec une grande probabilité, nous dit que sa force venait d’un codétenu, Thomas Pilchard, après lui-même un martyr.


Trois chutes et persévérance finale: Bienheureux John Hambley

Et pour cause, bien sûr, j’insiste souvent sur la grande endurance et le courage des martyrs catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles après la Réforme et pendant l’ère de la récusation. Mais le martyr d’aujourd’hui, le bienheureux Jean Hambley,céda trois fois, renonçant à sa foi catholique, une fois à grands frais pour les laïcs catholiques qui l’avaient protégé :

Martyr anglais (souffert en 1587), né et éduqué en Cornouailles, et converti en lisant l’un des livres des Pères En 1582. Après son cours à Reims (1583-1585), il revient travailler pendant un an dans les comtés de l’Ouest. Trahi et capturé vers Pâques 1586, il fut jugé et condamné à Taunton. Il lui a sauvé la vie pour le moment en niant sa foi, puis a réussi à briser la prison, et s’est enfui à Salisbury. En août prochain, cependant, l’évêque protestant là-bas, dans sa haine de l’ancienne Foi, résolut de fouiller les maisons des catholiques à la veille de l’Assomption, soupçonnant qu’il pourrait ainsi attraper un prêtre, et en fait Hambley fut repris. Étant maintenant dans une situation pire que jamais, ses craintes ont augmenté; il a de nouveau offert la conformité, et cette fois il a abandonné les noms de la plupart de ses amis catholiques. Pâques suivante, il a été essayé à nouveau, et à nouveau fait des offres de conformité. Pourtant, après cette troisième chute, il parvenait à se remettre, et souffra près de Salisbury « debout à elle virilement, et inveciant beaucoup contre son ancienne faute ». Comment il a obtenu la grâce de la persévérance finale a été une question de beaucoup de spéculations. Un contemporain, le Père Warford, croyait que c’était dû à son ange gardien, mais un autre, le Père Gérard, avec une grande probabilité, nous dit que sa force venait d’un codétenu, Thomas Pilchard, par la suite lui-même un martyr.

Quelques notes:

~Depuis qu’il « est tombé trois fois », je ne peux m’empêcher de penser aux trois chutes de Jésus qui se produisent dans les stations traditionnelles de la Croix, d’autant plus que la troisième chute du bienheureux Jean Hambley est venue après Pâques (donc l’illustration ci-dessus)!

~En 1582, il aurait pu lire « A Brief Discourse Containing to Resolution » du Père Parsons « A Brief Discourse Containing Certain Reasons Why Catholics Refuses to Go to [the Established] Church » ou « The First Book of the Christian Exercise, Appertaining to Resolution ».

~L’évêque de Salisbury en 1587 était John Piers. Selon cet article wikipedia, Piers avait du travail à faire à Salisbury: « À Salisbury, sur ordre de la Reine, il a mis le rituel et les statuts de sa cathédrale en conformité avec l’esprit de la Réforme, avec des changements loin de la pratique catholique. » Il a été nommé en 1571, plus de dix ans après les Actes de suprématie et d’uniformité, et les pratiques catholiques sont restées à Salisbury!


Les Stations de la Croix et le Bienheureux Jean Hambley Malgré ses trois chutes, le bienheureux Jean Hambley finit par se repentir et souffrir pour Jésus et son Église, s’unissant à la Croix du Christ. Chaque Carême J’ai hâte de participer au Chemin de Croix dans une paroisse particulière de notre diocèse qui célèbre également une demi-heure d’adoration eucharistique et de bénédiction. Cette paroisse utilise les réflexions et la prière de saint Alphonse Liguori. Nous chantons les versets stabat mater entre chaque station, en utilisant la traduction par l’Oratorien Edward Caswall, l’un des convertis du bienheureux John Henry Newman. Le développement de cette dévotion a commencé à l’époque médiévale quand suivre la Via Dolorosa réelle à Jérusalem était impossible en raison de l’occupation arabe; il n’était pas sûr d’être chrétien en Terre Sainte. Pas tous, même quand il est sûr, peut se rendre en Terre Sainte pour célébrer les événements de la Semaine Sainte, de sorte que cette dévotion est un moyen pour nous d’être là dans notre imagination. De nombreuses méditations ont été publiées pour nous guider à travers les Stations, qui présentent une combinaison d’événements scripturaires et traditionnels et de rencontres sur le chemin du Calvaire. Comme l’explique le site du Vatican, les 14 stations que nous connaissons le mieux datent du XVIIe siècle, encouragées par les franciscains en Espagne.

Les trois chutes de Je Jésus tombe trois fois pendant le Chemin de Croix. Dans sa méditation sur la Neuvième Station, quand Jésus tombe la troisième fois, le bienheureux John Henry Newman dit que ces chutes sont la vengeance de Satan pour ses propres chutes: On nous dit dans l’Ecriture Sainte de trois chutes de Satan, l’Esprit Maléfique. Le premier était dans le début; la seconde, lorsque l’Évangile et le Royaume des Cieux ont été prêchés à le monde; le troisième sera à la fin de toutes choses . . . Ces trois chutes - le passé, le présent et l’avenir - le Mauvais Esprit avait à l’esprit quand il a déplacé Judas pour trahir Notre Seigneur. C’était juste son heure. Notre Seigneur, quand Il a été saisi, dit à ses ennemis: « C’est votre heure et la puissance des ténèbres. » Satan savait que son temps était court, et pensait qu’il pourrait l’utiliser à bon effet . . . il le frappa une fois, il le frappa deux fois, il le frappa trois fois, chaque fois successivement un coup plus lourd. Cependant, lorsque j’assisterai aux stations ce vendredi, je me souviendrai du bienheureux John Hambley, un prêtre anglais qui a été exécuté le 29 mars 1587. Lui aussi tomba trois fois avant de souffrir et mourut à Salisbury sous le règne d’Élisabeth Ier.


Les trois chutes du bienheureux John Hambley Tous les prêtres qui sont venus en Angleterre savaient qu’ils pouvaient subir l’emprisonnement, la torture et l’exécution horrible. Ils ont eu l’exemple de leur protomartyr, le père Cuthbert Mayne en 1577, puis des pères Edmund Campion, Ralph Sherwin et Alexander Briant — et d’autres — en 1581. Presque chaque année, ils apprenaient qu’un autre prêtre était martyrisé. Le vénérable Collège anglais de Rome, où de nombreux prêtres ont étudié, a commencé la tradition d’un séminariste prêchant un sermon sur le martyre devant le pape lors de la fête de saint Étienne, le premier martyr. Le fondateur des Oratoriens, Saint Philippe Neri, a accueilli les étudiants dans les rues avec la salutation, « Salvete flores martyrum » (Salut! fleurs des martyrs). Mais le Père John Hambley, malgré tous ces exemples, n’était pas prêt à souffrir. Il avait tout abandonné pour devenir catholique et prêtre, mais la menace de la souffrance physique l’a défait, selon l’édition de 1914 de La Vie des martyrs anglais. Il est né vers 1560 dans une famille anglicane, mais un ami catholique l’a encouragé à lire un livre du Père Robert Persons, SJ et bientôt il est devenu catholique. Parce qu’il avait cessé d’assister aux services de l’Église d’Angleterre, il a quitté sa Cornouailles natale, puis a quitté l’Angleterre pour le continent. Hambley étudie pour le sacerdoce à Reims et est ordonné le 22 septembre 1584. Le 6 avril 1585, il retourna en Angleterre en tant que prêtre missionnaire sous la direction du Père Jean Cornelius, SJ (qui sera martyrisé en 1594). Avant Pâques en 1586, il fut arrêté à Taunton, dans le Somerset, jugé pour être prêtre, condamné et condamné à mort. Pour lui sauver la vie, Hambley promit de renoncer à sa foi catholique; puis il s’est évadé de prison. Repris le 14 août, il fait face à la même horrible mort d’avoir été pendu, dessiné et abattu d’un quart, et il retommba. Non seulement il a promis de devenir anglican, mais il a dit aux autorités tout ce qu’il savait. Hambley leur a raconté où il a dit la messe, qui a assisté, qui l’a aidé; il leur a dit les noms de 15 autres prêtres servant en Angleterre et d’autres qui étudient à l’étranger. Curieusement, les juges ne faisaient pas confiance à ses déclarations, peut-être parce qu’il les donnait si volontiers, de sorte hambley a été détenu en prison à Salisbury jusqu’aux prochains procès publics, les Assises, en Mars 1587. Le juge lui demanda à nouveau s’il était prêt à renoncer à la foi catholique, et le Père Hambley dit qu’il était sa troisième chute. Dans l’attente de sa libération, on lui a remis une lettre; après l’avoir lu, il a changé. Le lendemain, il a dit au juge qu’il ne renoncerait pas à la foi et qu’il regrettait sa faiblesse. Cette fois,, la menace d’une « mort la plus cruelle » ne l’a pas fait passer à la lâcheté, et il a subi l’exécution courageusement. Qui a envoyé la lettre, ce que dit la lettre, ce sont des questions auxquelles on n’a jamais répondu. Père John Gerard, SJ croyait qu’un autre prêtre, le bienheureux Thomas Pilchard, avait écrit la lettre pour renforcer la détermination de Hambley avant sa propre exécution le 21 mars de la même année à Dorchester. Thomas Pilchard et John Hambley ont tous deux été béatifiés parmi les 85 martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles par le pape Saint Jean-Paul II. Malgré ses trois chutes, Hambley se repentit et souffra à la fin pour Jésus et son Église, s’unissant à la Croix du Christ. Bienheureux Jean Hambley, priez pour nous !

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout