Vénérable GIACOMO VIALE

Mis à jour : avr. 27

Vénérable Giacomo Viale

prêtre franciscain italien (✝ 1912)


Le vénérable Giacomo Viale (Airole – Bordighera 1830 -1912) était un frère mineur de la province de Ligurie, qui a vécu héroïquement sa vocation religieuse, tout en assumant pendant plus de 40 ans en tant que pasteur. Il était l’incarnation du Bon Pasteur, totalement dévoué au bien de son troupeau dans la paroisse Sainte-Marie-Madeleine de Bordighera. Il était connu pour son esprit de prière profonde, pour sa charité pastorale et pour la défense des droits de l’Église et des pauvres. Il a encouragé les associations laïs catholiques, et a eu un engagement extraordinaire envers le ministère de la parole, apportant d’innombrables personnes à la conversion. Il restaure l’église paroissiale, construit le nouveau couvent de l’Immaculée à Bordighera et établit l’Hospice Saint-Joseph pour les personnes âgées pauvres et abandonnées. Dans les dernières années de sa vie, il a patiemment souffert de diverses maladies et est décédé à Bordighera le 16 avril 1912. Le processus de béatification a été lancé en 1937.


Frère Andrés Filomeno Garcia Acosta, surnommé « Andresito », est né sur l’île de Fuerteventura (Îles Canaries) en 1800. En raison de la pauvreté de sa patrie, il émigre en Uruguay à l’âge de 32 ans, et c’est là qu’il ressent une vocation de se donner au Seigneur. En 1834, dans le couvent de San Bernardino de Montevideo, Andresito fut accueilli dans l’Ordre des Frères Mineurs comme un simple oblat. En 1838, à la suite de la fermeture des maisons religieuses dans le cadre de l’adoption de lois révolutionnaires contre l’Église en Uruguay, il s’installe au Chili avec d’autres religieux. C’est au couvent franciscain de Santiago qu’Andresito fut sanctifié par son humble service de quête (aller mendier au nom des frères). Il a accompli cette tâche avec une charité exquise, ce qui lui a permis d’avoir un véritable et répandu impact évangélisant. Soutenu par une vie intense de prière, il pratiquait joyeusement des œuvres de miséricorde, apportant du réconfort partout où il y avait des souffrances spirituelles ou matérielles. Aimé par le peuple, et avec une réputation extraordinaire de sainteté, il mourut à Santiago le 14 janvier 1853. La cause de sa béatification a été initiée en 1894.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout