top of page

Mot du père Franz - Du 16 au 30 avril 2023

Que l’amour du Ressuscité soit toujours avec vous !

Mais avant d’en vivre et d’en témoigner, force est de constater qu’ils ont fermé, cadenassé, verrouillé les portes. Enfermés dans leur peur. La peur, nous connaissons cela. Peur du quand dira-t-on, des stéréotypes, des jugements subis, des réputations, du manque de respect, d’écoute, des crises diverses, de l’avenir, des retraites… peur de la charité et de la justice, peur de se sentir dépassé par tant de sollicitations, peur d’être un peu naïf ou dans l’angélisme, peur également de faire partie d’une Eglise devenue minoritaire… peur de la nouveauté.

Oh, si Dieu se décidait à montrer sa puissance, nous serions rassurés ! Mais est-ce que nous en sommes si sûrs ? Le changement, d’accord mais à condition que cela n’impacte pas mon petit confort du quotidien ! Alors Dieu garde le silence car il ne veut pas nous déranger, nous brusquer, aller contre notre liberté. Mais, cela a pour conséquence que sans oser le dire, nous nous mettons à douter : « je suis comme St Thomas » est devenu une expression à la mode.

Alors Jésus est venu discrètement, dans nos vies, sans que l’on s’y attende. Et il est au milieu de nous. Sans tambour ni trompette, sans élever la voix, sans reproche et sans sermon. Il nous montre juste ses mains et son côté. Oui, il garde les stigmates, comme pour nous rappeler que toute souffrance laisse une trace indélébile dans le cœur humain.

Mais c’est le prix de l’amour, accepter d’ouvrir son cœur et se sentir vulnérable. Et il nous ouvre le chemin : oser le risque de se ranger du côté des petits, des personnes comptées pour rien, afin de rejoindre les personnes malades, perdues dans leur solitude, leur désespérance. Faire que les sourds du cœur entendent de nouveau, que les aveuglés de la vie retrouvent la claire vision des choses.

Désormais, la personne humaine passera pour toujours devant la Loi du Sabbat ou toute morale culpabilisante, le pécheur passera devant le Pharisien, celui qui croit savoir. Et à tous celles et ceux qui ont peur et doutent, Jésus dit simplement : « la paix soit avec vous ». Aucun reproche, que de l’amour !

Et il rajoute un immense cadeau : il souffle sur nous et nous donne son Esprit. Et avec cet Esprit, il est désormais possible de se relever, de se risquer dehors, de devenir une Eglise en sortie. Certes, nous passerons notre vie à chercher son visage, ses mains qui bénissent et son côté d’où a jailli l’eau et le sang. Et nous vivrons l’accueil inconditionnel de celui qui est différent, à commencer par celui qui n’est pas dans les clous. Et peu importe les critiques et de se mettre à dos tous les pharisiens des temps modernes. A celui qui chercherait la guerre, juste… la paix soit avec toi ! Ce cri du cœur m’a inspiré cet humble poème :

Quand j’ai peur, quand je me sens usé,

C’est souvent parce que je fais tout reposer

Sur mes épaules, sur mon énergie, sur ma volonté.

Ne jamais rester seuls pour essayer d’aimer !

Sinon mes portes se verrouillent de l’intérieur

Et je ne peux plus offrir mon sourire rieur !

Toi, Seigneur, tu m’appelles à croire

Malgré les aléas de mon histoire.

Tu désires m’envoyer de la part du Père

A encourager celui qui garde un cœur amer.

Apprends-moi à donner autour de moi

Croire que la fraternité fait de nous des siamois.

Cette joie de vivre qui vient de Dieu

Aidera notre monde à aller un peu mieux.

Et si mes verrous peuvent sauter

C’est parce que la peur m’aura été ôté !

Je sais que je suis aimé pour moi-même

Alors, fais ce que tu peux mais… aime !

Que le Père m’envoie crier le bonheur d’être à Lui

Que mon cœur soit toujours pour autrui !


+Franz

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page