Mot du père Franz - Messes du 01 au 16 septembre

La tentation est forte actuellement, pour nos églises, de revenir aux traditions anciennes, répétant ainsi, au lieu de créer, d’inventer, d’aller de l’avant. Et si, pour cette rentrée, nous osions prendre le risque d’une parole nouvelle qui bouleverse et l’Esprit sa chance de faire du neuf ! Oui, il y a les traditions et la Tradition.

Ce qui importe, n’est-ce pas la Tradition ? Celle qui plonge justement ces racines dans le sol, qui s’abreuve à la Source, pour produire des fruits nouveaux à chaque saison. Les traditions, elles, sont utiles, mais une fois la période révolue, deviennent des bras morts, d’une mer desséchée, qui enferment et qui risquent de tuer toute vie nouvelle.

La vie, c’est aller de l’avant, c’est aller dans le sens de l’amour. Aimer, c’est autre chose que l’habitude : c’est de l’ordre du risque. Si on prenait le pari de l’amour et du respect réciproque, au lieu de se chamailler en église, de se lamenter sur le « passé perdu », sur la chrétienté qui n’est plus qu’un rêve. Car, si on n’a plus accès au passé, le présent nous appartient, le présent est entre nous mains, l’avenir à nos portes : qu’allons-nous léguer aux futures générations ? Des rêves d’une église triomphante –qui ne peut conduire qu’à une église de « purs »- ou une église « en sortie », qui ose la rencontre ?

Le dialogue et la confrontation sont une nécessité : cela nous aide à grandir. Si nous nous isolons dans nos sacristies (il paraît qu’il y a des paroisses lotoises où les laïcs n’ont plus le droit d’y entrer, car c’est le lieu « sacré » des prêtres…), nous aurons vite fait de dépérir.

Mais de l’autre côté, puis-je parler, débattre avec d’autres si je n’ai pas, en moi, un socle minimum de convictions claires ? Si mes idées sur tel sujet abordé sont inexistantes ou inconsistantes ? Soit j’adopterai sans résistance l’opinion de l’autre (mais avec l’impression de me faire envahir sans le vouloir, avec un sentiment de frustration), soit je résisterai par principe (quitte à devenir agressif, méprisant). Agressif ou frustré, ce n’est pas vraiment satisfaisant !

Oui, la Tradition nous offre un socle clair de convictions, mais elle ne sera jamais une tour fermée, « inattaquable » ! Je préfère prendre l’image d’un arbre : un arbre, c’est solide, ça ressource, ça possède des racines qui le maintiennent fermement dans le sol, ça a aussi une écorce qui le protège des agressions extérieures…

Mais cet arbre ne peut se développer sans les nombreux apports extérieurs, tels l’eau, le soleil, la pollinisation des abeilles, l’air… Comme cet arbre, nos convictions, même enracinées, ne se développeront et ne s’enrichiront qu’au contact de l’autre. Bien sûr, je dois rester moi-même, mais différent, ouvert, respectueux, enrichi, et bien plus sensible à la complexité des êtres, des situations. Avec ce désir d’avoir les feuilles et les branches ouvertes à tous les oiseaux du monde, quel qu’ils soient, afin qu’ils puissent se reposer, vivre et porter eux-mêmes des fruits, transmettre la vie !

Et nous valons bien plus que tous les moineaux du monde : alors… allons-y ensemble, avec nos différences ! L’Esprit est en nous, prenons ensemble le risque d’inventer l’avenir !

0 vue

Groupement Paroissial de

Limogne-en-Quercy

Presbytère

Rue de Cénevières

46260 Limogne-en-Quercy

Secrétariat

du lundi au samedi 9h - 18h

05 65 31 50 27

Nous contacter directement

© 2020 Groupement Paroissial de Limogne-en-Quercy