Mot du père Franz - Messes du 02 au 17 juin

Ils s’en étaient allés où il leur avait dit, à l’Ascension… Mais certains eurent des doutes. et je voyais les autres : ceux qui ne doutaient jamais ; ceux qui étaient si sûrs d’avoir la vérité, d’avoir découvert Dieu. Alors pour eux, douter c’était pécher ! Et les uns faisaient tout pour imposer leur foi… au besoin en tuant. Des fanatiques en somme, il y en avait partout, dans toutes les religions, et même dans la nôtre. Alors, ils ont proclamé qu’on ne peut être heureux, ni honnête ni juste si on ne connaît pas Dieu. Et en les écoutant, j’ai fini par culpabiliser, par douter…

Et puis j’en au vu d’autres, si nombreux aujourd’hui ; de plus en plus nombreux. Qui avaient résolu le problème du doute. Un Dieu qui conduisait à de pareils excès, très peu pour eux ! Ce ne pouvait être que survivance du passé et de l’obscurantisme. Mieux valait décider que Dieu n’existe pas et vivre sa vie de personne humaine. Oui, ces hommes avaient décidé de se passer de Dieu, peu importe qu’il existe ou non. Car pour eux, si l’homme veut être libre, vraiment homme, il faut mettre Dieu se côté. Et en les écoutant, j’ai fini par culpabiliser de croire, par douter…

Alors je me suis dit : cesse de regarder en l’air et d’écouter les autres. Regarde autour de toi… Et autour de moi, j’ai vu tant de personnes humaines broyées, défigurées, torturées, rejetées, écrasées, niées, oubliées, traquées comme du gibier, traitées comme des marchandises, tuées comme des lapins… qu’il m’a semblé voir, là-bas, à l’horizon, comme une croix dressée. Je ne doutais plus de la croix.

Et puis j’ai vu tant de personnes qui luttaient pour qu’il n’y ait plus de croix, pour transmettre l’espérance et la vie. Et ils semblaient tous animées par le même Esprit. Alors j’ai cru entendre la voix d’un Père dire : « A travers mon Fils, dans l’Esprit, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ».

Je ne réfléchissais plus mais je laissais parler mon cœur qui me disait : Dieu circule l’Amour et celui-ci est plus fort ; il est si puissant qu’il déborde et suscite la Création. Oui, j’ai senti que nous sommes créés pour la vie, et pour la vie éternelle de bonheur. Dieu n’est pas solitaire mais solidaire. Du sein de la Trinité jaillit sans cesse le courant d’amour sur lesquels nous pouvons nous brancher pour devenir à notre tour porteur de lumière ! A nous d’être « branchés » !!

0 vue

Groupement Paroissial de

Limogne-en-Quercy

Presbytère

Rue de Cénevières

46260 Limogne-en-Quercy

Secrétariat

du lundi au samedi 9h - 18h

05 65 31 50 27

Nous contacter directement

© 2020 Groupement Paroissial de Limogne-en-Quercy